Publié par Laisser un commentaire

Nos rates – Nevada et Croquette

Nos rates : Croquette et Nevada

Cela faisait plusieurs années que je souhaitais me plonger dans l’expérience « ratous » mais Olivier était réticent. Nous étions tous deux pleins de préjugés et le convaincre d’arrêter temporairement d’être famille d’accueil (FA) chinchillas ou octodons pour tester l’aventure « FA rats » n’était pas une mince affaire. En effet, nous ne pouvions avoir qu’un seul grand habitat à la maison et Olivier est fan de chinchillas.

Alors on a commencé tout doucement avec des gardes au profit de l’association Au Bazar Des NAC pour laquelle nous sommes bénévoles et FA. Nous avons donc eu la chance d’avoir plusieurs fois en garde un groupe de ratous tous plus adorables les uns que les autres. Au bout de 3 gardes, Olivier a donné son feu vert : « Après le départ des octodonnes qu’on a en FA, on réserve la volière pour des rats ».

Nos rates : Croquette et Nevada
Nevada quelques jours après son arrivée chez nous, complètement tétanisée et amaigrie. Pourtant elle avait déjà fait de gros progrès et s’était légèrement remplumée

Aussitôt dit, aussitôt fait, 2 semaines après le départ des fifilles, Nevada et Dakota sont arrivées à la maison. Seulement, tout ne s’est pas passé comme prévu. En effet j’avais demandé à l’asso s’il était possible de nous confier des rats sympas, sociables, manipulables, bref, les parfaits « (ra)tatouilles » pour une première expérience.

Le souci c’est que 2 rates trouvées dans la rue à Lyon dans un carton avaient besoin d’une FA. Ces deux rates, Dakota et Nevada avaient un très lourd passif. Dakota mordait à sang dès qu’elle le pouvait. Nevada quant à elle était complètement tétanisée par la peur. Elle faisait la morte, se faisait pipi dessus de peur, sautait dans le vide, etc. Bref, elles étaient loooooooin d’être manipulables toutes les deux. Cependant il fallait les sortir de fourrière donc elles ont atterrit temporairement dans une FA de transit.

C’est en FA de transit que Nevada a donné naissance à 13 ratons … La louloute a donc continué sa triste aventure avec la perte de ses petits.

Nos rates : Croquette et Nevada
Nevada, très délicate et douce adore venir me solliciter pour un câlin. Sa peur panique des mains et des doigts est maintenant derrière elle, plus jamais elle ne sera battue.

Juste après elles sont arrivées à la maison toutes les deux. J’ai réussi tant bien que mal à les peser, Nevada ne faisait que 190g, autant dire que c’était une vraie plume avec la peau sur les os.
Par contre il était évident qu’elles revenaient vraiment de très très loin. J’ai eu plusieurs NAC maltraités en FA, cachectique, etc. je n’avais encore jamais vu un animal dans un tel état émotionnel.

Il a été décidé de les faire stériliser le plus rapidement possible. Seule Dakota avait le poids requis et il était urgent de tenter la stérilisation pour essayer d’atténuer son agressivité. Malheureusement la puce n’a pas survécu à l’intervention. Le vétérinaire m’a confirmé qu’elle était particulièrement hargneuse et devait probablement avoir des soucis sous-jacents qui n’ont pas aidé.

Nevada s’est donc retrouvée seule, confrontée encore une fois à une perte, quelques jours après son arrivée chez nous … Ca commençait très mais alors très mal pour elle comme pour nous. Comment faire pour gagner une confiance qui a été mise à rude épreuve autant de temps ?

Nos rates : Croquette et Nevada
Croquette, adorable petit pot de colle toujours en quête de quelqu’un pour jouer avec elle

Les débuts ont été plus que difficiles, à peine on passait la tête par le pas de la porte qu’elle se tétanisait complètement, les yeux exorbités et se jetait dans le vide dans sa volière pour aller se cacher. J’avoue qu’avoir l’atelier à la maison m’a grandement aidé car j’ai pu aller la voir plusieurs dizaines de fois dans la même journée pour qu’elle s’habitue à ma présence, je lui parlais tellement que je me suis auto-saoulée ^^.
Au bout de quelques jours, elle osait venir grappiller quelques friandises que je lui tendais du bout des doigts mais il ne fallait surtout pas bouger, sous peine de la voir disparaître durant des heures.

Maintes et maintes fois il y a eu 1 pas en avant pour 2 en arrière. Honnêtement j’ai cru que je n’y arriverais jamais, j’étais complètement désemparée. Les sorties ont beaucoup aidé, j’ouvrais sa volière, je m’asseyais dans la pièce avec elle et je faisais la statue, aucun mouvement, aucun bruit. Elle a commencé tout doucement à venir vers et sur moi. Puis elle a commencé à me fouiller les poches, à vouloir piquer le cordon de mon sweat, etc.

Puis petit à petit j’ai commencé à bouger, je lui parlais énormément et au bout de quelques jours elle s’est mise à venir m’accueillir à la porte de sa volière.

Nos rates : Croquette et Nevada
Nevada profite de sa nouvelle vie en toute tranquillité.

Au bout de quelques semaines j’ai pu, pour la première fois, la prendre avec mes mains. Elle a néanmoins continué à être hyper méfiante par rapport aux mains durant quelques mois. Je n’avais plus trop de soucis pour la prendre mais si elle pouvait éviter de nous grimper sur les mains elle le faisait, en sautant directement sur les avant bras. Puis petit à petit elle a arrêté d’être tétanisée lorsqu’on soulevait à peine un doigt. On ne saura jamais ce qui s’est passé mais je reste persuadée qu’elle a dû se faire battre …

Le moindre petit progrès me rendait tellement fière d’elle, elle revenait de tellement loin et je m’étais tant investie dans sa resocialisation que je ne pouvais plus la laisser partir. Ça aurait été un trauma de plus pour cette princesse, petite rate fragile qui reste très délicate autant dans ses gestes que dans son mode de pensée. Je continue à être époustouflée par ses progrès, je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit capable de refaire autant confiance un jour. Elle est absolument exceptionnelle et je ne manque pas de les lui rappeler.

Tout ratouphile le sait, un rat ne doit pas vivre seul. Il fallait donc trouver un compagnon à Nevada. Ça tombait bien, la FA qui avait accueilli Dakota et Nevada avait recueilli pour l’association un raton, retrouvé également dans la rue âgé de 3 semaines. Nous avons donc rapatrié Croquette à la maison.

Croquette, surnommée la boîte à bétises, prise en photo par Camille Weishard photographie.

Lors de la quarantaine nous avons eu le temps de nouer des liens et de découvrir Croquette. C’est une rate pleine de vie, une vraie pile électrique qui ne s’arrête jamais et qui est hyyyyper sociable avec les humains. Elle va chez n’importe qui, même des inconnus, elle est très joueuse, un vraie petit rayon de soleil !

L’intégration s’est faite sans trop de soucis, et depuis Croquette et Nevada coulent des jours heureux dans leur Royale. Elles sont désormais dans mon atelier et sortent entre 2 et 6h par jour environ, elles grimpent sur le plan de travail, viennent vérifier mes découpes, me piquent régulièrement les liens me servant pour les housses de caisse de transport, viennent réclamer des câlins et des jeux.

Nos rates : Croquette et Nevada
Croquette et Nevada dorment paisiblement dans nos dodos. Leur ancienne vie n’est plus qu’un lointain souvenir.

Leur sombre passé est maintenant bien loin derrière elles, nous pensions que nous avions enfin trouvé un équilibre tous ensemble. C’était sans compter les octodonnes, qui allaient devoir revenir en urgence à la maison, mais ça, c’est une histoire que je vous raconterai dans le prochain article !

https://www.facebook.com/Les3PetitsPompons/

https://www.instagram.com/les3petitspompons/