Publié le Laisser un commentaire

Apollo

Apollo

Je voulais commencer cet article de blog rendant hommage à mon cheval par « Apollo est entré dans ma vie le … ».

Mais en toute honnêteté je suis bien incapable de vous dire à quel moment j’ai réellement croisé sa route. Il y a bien sûr la date de notre première rencontre, ou encore celle du jour où il est arrivé à l’écurie. Aucune d’elles ne me convient. Apollo et moi, ça a débuté, en réalité, bien avant tout ça.

Apollo

J’avais un cheval en demi-pension pendant 2 ans. Un grand trotteur bai, avec un coeur absolument énorme. Sa gardienne et moi sommes très vite devenues amies. Je ne saurai vous dire pourquoi ni comment, mais un jour j’ai commencé à regarder les annonces de chevaux. Je rêvais depuis tant d’années d’un pur-sang lusitanien de robe isabelle (ça aurait été la cerise sur le gâteau mais soyons clairs, la robe passait après l’essentiel). J’ai écumé les sites de petites annonces et d’élevages « juste pour voir », car pour moi il n’était pas encore concevable de réaliser ce rêve avant plusieurs années, car nous projetions d’acheter une maison avant.

Je me souviens qu’une amie m’a envoyé un jour la photo d’un PSL isabelle de 3 ans, en me disant qu’il correspondait parfaitement à ce que je recherchais comme compagnon d’une vie. En regardant sa photo je n’ai éprouvé aucune émotion, aucun attrait. Mes recherches ont continué, et j’ai commencé à avoir des coups de cœur sur photo. Je suis allée jusqu’à traverser la France pour visiter des écuries et élevages d’ibériques. A chaque fois que je me retrouvais en face du (magnifique) cheval que j’étais exprès venu voir, il ne se passait rien. Je repartais à chaque fois déçue.

Ces recherches et visites ont duré des mois. Des mois pendant lesquels plusieurs amies m’ont, sans se concerter, envoyé la même annonce du même PSL isabelle de 3 ans, non débourré, qui ne soulevait absolument aucune émotion en moi.

Apollo

J’ai fini par contacter l’éleveuse de ce fameux cheval pour savoir si elle en avait d’autres qui pourraient correspondre à ce que je recherchais, à savoir : un cheval froid, sachant contenir ce côté sanguin du cheval portugais, et qui puisse de temps à autre aller en balade avec Olivier.

Je me suis rendue à l’élevage pour voir deux autres chevaux pour qui j’ai eu un coup de coeur après que l’éleveuse m’ait envoyé des photos.

Le premier était un grand isabelle fumé baroque à souhait, avec un chanfrein bombé, bref la morpho rêvée pour moi. Il était splendide, mais … toujours aucun coup de foudre en vrai. Le second était un poulain de 6 mois, palomino, mignon et adorable comme tout. Il était très beau, joueur, câlin, mais encore une fois, il ne s’est rien passé dans mon coeur.

J’étais prête à repartir de l’élevage en me disant que peut-être l’univers me faisait comprendre qu’il n’était pas encore temps, quand l’éleveuse m’a proposé de voir ce fameux cheval dont tout le monde m’envoyait l’annonce depuis des mois « Vous êtes là maintenant, ça ne mange pas de pain » m’a-t-elle dit.

Apollo

Je l’ai donc suivie. On ne voyait pas bien les chevaux dans les boxs à cause des barreaux devant. Je crois qu’il n’y a pas de souvenir plus clair dans ma tête que celui du moment où elle met sa main sur la porte pour la faire coulisser. J’entre dans ce box et là ce cheval plonge son regard au plus profond de moi. J’ai eu l’impression que ses yeux me lançaient un « Ben enfin ! » Je me suis sentie défaillir. J’avais l’impression d’être complètement à nu, j’étais, pour lui, un livre ouvert. J’ai ressentie des palpitations, des coups de chaud, des frissons, j’ai les larmes qui me sont montées aux yeux quand il a posé ses naseaux contre ma main en fermant ses yeux. A ce moment-là je me suis tournée vers Olivier et vers ma meilleure amie et je leur ai simplement dit ces mots (les yeux pleins de larmes comme aujourd’hui lorsque je replonge dans ce souvenir) : « C’est lui … ».
Je suis sûre que vous l’avez senti venir à des kilomètres !

 

Le temps de faire la visite vétérinaire, de planifier son arrivée, et le 9 février 2014 il est sorti du van qui le conduisait à l’écurie où j’étais.

Apollo
L’arrivée d’Apollo à l’écurie le jour J : 9 février 2010 ! Photo d’archive ^^ 

J’ai toujours ce trop plein d’émotions qui me submerge encore aujourd’hui quand je le regarde, 6 ans après son arrivée.

Oh ça a été dur certaines fois, et ça l’est encore. Dire qu’il a fait une entrée fracassante dans ma vie est un doux euphémisme. Apollo est un cheval qui est exclusif, intransigeant, il ne laisse passer aucun faux semblant, aucun mensonge. Il n’est pas question de dissimuler ses émotions et encore moins ses peurs. Si je suis angoissée je dois le lui montrer, si je tente de le dissimuler il sera dur et inflexible. Si je le laisse voir mes failles et entrer dans mes faiblesses, alors il m’entourera et prendra le rôle de Guide, de sage, et m’aidera à transformer les faiblesses en forces dans la douceur la plus pure.

Apollo

Apollo est ce qu’on appelle le cheval d’une vie. Il est mon miroir, et parfois l’image qu’il renvoie peut-être violente, mais les leçons qu’il me donne sont toujours bienveillantes et me font chercher au fond de moi des ressources que je ne soupçonnais pas. Grâce à lui et à ses côtés, je continue de grandir, en toute sécurité. Lorsqu’il y a danger, son attitude protectrice prend le dessus, je sais que je peux compter sur lui, lui faire une confiance aveugle.

Je dois énormément à ce cheval. Il a bouleversé ma vie de bien des façons. Alors aujourd’hui je tenais vraiment à lui rendre hommage à travers cet article, le jour de son 10ème anniversaire.

J’ai encore tellement à apprendre à ses côtés, je ne le remercierai jamais assez de ce qu’il m’apporte.

Mon cheval, mon rêve, mon Guide <3

Apollo

 

Un énorme merci à Camigraphie pour les photos sublimes.